dimanche 5 juin 2016

L'île des morts de P.D James

P.D James, L'île des morts, Paris : Le livre de poche, 1982, 508 pages. 


Quatrième de couverture : "Un château victorien bâti sur une île : c'est là qu'un riche excentrique a convié quelques amis pour le week-end. Au programme des réjouissances, une pièce de théâtre montée par une troupe d'amateurs.Mais quelqu'un trouble la fête, se livrant à de macabres plaisanteries aux dépens des invités. La mort rôde autour de l'île. La terreur s'installe. Cordélia Gray, la jeune détective de La Proie pour l'ombre, joue les gardes du corps et observe d'un œil attentif ces convives dont les bonnes manières dissimulent des vices inavouables. Énergique, intuitive, elle dénoue un à un les fils de cette toile d'araignée criminelle."


Cordélia est une détective privée anglaise. Elle a pour habitude de retrouver les animaux de compagnie perdus. La jeune femme est alors sollicitée par Sir George pour protéger sa femme Clarissa. En effet, la comédienne reçoit des lettres de menaces de mort. L'objectif est de mettre en péril sa carrière. Clarissa est invitée chez Ambrose, propriétaire d'un château victorien sur l'île de Courcy, pour faire une représentation afin de relancer sa carrière. A cette occasion, Cordélia doit intercepter  les messages du corbeau avant qu'ils n'arrivent à destination.

P.D James réunit sur une île isolée différents personnages avec des profils psychologiques très intéressants : Roma la cousine intéressée par l'argent de Clarissa ; Simon l'enfant adoptif ; Ambrose, le propriétaire excentrique du château ; George le mari trompé ; Ivo l'amant par intermittence et Cordélia la détective peu expérimentée.

Chaque personnage, de l'invité au domestique, a quelque chose à cacher. L'ambiance est très oppressante car le lieu est réputé pour ses terrifiantes légendes. De plus, le propriétaire est collectionneur d'objets morbides (bout de corde de pendu...). 

Finalement, Clarissa est une personne peu apprécié par son entourage car elle est superficielle et égocentrique. C'est sans surprise qu'elle est assassinée par l'un des convives. Cordélia va tenter de mener l'enquête mais elle fait face à un meurtrier très malin. La jeune femme manque d'ailleurs de caractère et de charisme.

P.D James nous dépeint également le quotidien de la société bourgeoise anglaise. Il y a de nombreux rebondissements et du suspens. L'auteur brouille les pistes. Le dénouement est à la hauteur du reste de l'histoire. C'est un très bon roman policier. 

Livre lu pour le mois anglais organisé par Lou et Cryssilda 
pour la lecture commune : Meurtres à l'anglaise.





7 commentaires:

  1. Je découvre cette auteure avec un autre titre , je n'aurais sans doute pas fini pour ce soir....

    RépondreSupprimer
  2. je n'ai lu qu'un roman de PD James, et je n'avais pas été convaincue. Je m'y retenterai un jour, mais ce n'est pas franchement une priorité! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela dépend des romans, celui-ci est une bonne pioche, car je l'ai pris au hasard

      Supprimer
  3. l'occasion de découvrir enfin cet auteur ! tu m'as bien tentée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. P.D James est un classique de la littérature anglaise (ce n'est qu'un avis). Elle est aussi célèbre qu'Agatha Christie même si ce n'est pas tout à fait le même type de roman

    RépondreSupprimer