samedi 9 mars 2019

Cet étrange nazi qui sauva mon père, l'odyssée du baron von Hoiningen

François Heisbourg, Cet étrange nazi qui sauva mon père, l'odysée du baron von Hoiningen, Paris : Stock, 2019

Quatrième de couverture : "C’est à un mystère que s’attelle ici François Heisbourg, relatant le parcours de l’étrange baron Franz von Hoiningen. Cet officier allemand qui traverse deux guerres mondiales, s’engage spontanément dans le parti nazi, puis sauve des centaines de Juifs et de résistants – dont le père de l’auteur –, qui s’évade d’Allemagne avec la Gestapo aux trousses après avoir été « mouillé » dans le complot contre Hitler, finit son odyssée dans les bras de sa femme au Luxembourg et disparaît de tous les écrans radar. Au point que ce récit aurait pu s’appeler  « L’homme sans visage », tant il a été difficile de trouver une trace photographique de lui. Qui était-il ? Comment passe-t-on à un moment donné du mal au bien ? Quelle est l’alchimie de cette « banalité du bien » ?"

L'ouvrage commence par la fuite et l'exfiltration du baron von  Hoiningen en 1944. Cet officier nazi a été déchu de ses droits militaires depuis qu'il a été dénoncé pour avoir critiqué Hitler et sa façon de mener la guerre.  

François Heisbourg a tenté de le faire reconnaître "Juste parmi les nations" et d'obtenir un nom de rue au Luxembourg mais cela n'a pas abouti. En effet, le baron a sauvé de nombreux Juifs avant que ne soient appliquées les lois contre les Juifs au Luxembourg. Le baron les a envoyés par convois au Portugal ou en Espagne pour qu'ils puissent rejoindre les Etats-Unis. L'auteur précise que contrairement aux autres nazis, le baron von Hoiningen était "animé par des mobiles humanitaires et malgré les risques encourus". Ce dispositif s'arrêtera à l'automne 1941, les Juifs seront alors systématiquement envoyés dans les camps de la mort. 

Georges Heisbourg, le père de l'auteur, était contre l'occupation allemande au Luxembourg et défenseur de la dynastie grande-ducale. Il est arrêté, torturé, mis dans un camp de travail puis relâché. Le baron von Hoiningen lui facilite son passage en France où il restera jusqu'à la fin de la guerre. Il participera à la Résistance auprès de grands personnages de l'Histoire de France comme l'Abbé Pierre. 

Dans la première partie, François Heisbourg, décrit le parcours d'un noble allemand ordinaire : soldat pendant la Première Guerre Mondiale, blessé au front puis mis au placard. Il se marie avec une Luxembourgeoise. En 1933, il prend sa carte au parti nazi. Il essaye à plusieurs reprises de réintégrer l'armée mais sans succès, jusqu'au jour où le front est ouvert en Europe de l'Ouest. Etant blessé de guerre, il est surtout dans la bureaucratie. Au début du conflit, il fournit des informations puis il a accès aux laissez-passer. Cette première partie est très dense. François Heisbourg évoque un nombre important de personnages influents durant cette période. Il décrit également la répression des Juifs pendant l'Occupation du Luxembourg. Le baron va être emprisonné à cause de ses propos contre Hitler. Il est  protégé par un médecin qui le fera hospitalisé plutôt qu'emprisonné. Il doit prendre la fuite lorsque la Gestapo veut le remettre en prison. On peut dire que le baron a bénéficié de son réseau pour être protégé, cela n'a pas été le cas pour tous les militaires opposés à Hitler.  Finalement, on en apprend peu sur le baron lui-même. 

C'est en deuxième partie que l'on comprend pourquoi. Le baron est resté silencieux sur la guerre comme la plupart des Luxembourgeois. Sa famille a fait blocus pour transmettre des informations à l'auteur. De plus, il y existe peu d'archives sur le baron. J'ai beaucoup apprécié cette partie qui concernait le travail de recherche de l'auteur. La géopolitique du Luxembourg pendant la période est également développée. De part sa position le Luxembourg est en contact direct avec l'Allemagne et la France, son Histoire est liée à celle des deux autres pays. 

La dernière partie évoque la "banalité du mal" (Hannah Arendt) dans une section intitulée "La banalité du bien". C'est une partie beaucoup plus philosophique qui m'a moins intéressée. 

Sur la construction de l'ouvrage, j'aurais préféré que l'auteur intègre au fil du récit sa deuxième partie dans la première partie.  Son style est agréable à lire. Finalement, cet ouvrage porte plus sur la Seconde Guerre Mondiale et le sort des Juifs au Luxembourg, que sur le baron von Hoinengen et le père de l'auteur. 

Merci aux éditions Stock et à Babelio


lundi 4 mars 2019

Lisson Grove d'Anne Perry

Anne PERRY, Lisson Grove, Paris : 10/18, 2010

Quatrième de couverture : "En cette fin du XIXe siècle, la Couronne tremble sous le vent révolutionnaire de groupes anarchistes. Lorsqu’un informateur est assassiné, l’intrépide Thomas Pitt n’hésite pas à suivre son meurtrier jusqu’à Saint-Malo pour découvrir ses commanditaires. Sans se douter que le danger rôde toujours sur Londres et menace plus que jamais son épouse Charlotte."


Thomas Pitt a changé de service, il travaille désormais à la Special Branch pour enquêter sur des cas politiques, cela pourrait correspondre aux renseignements généraux en France.

Cette fois, les anarchistes menacent la stabilité de l'Europe. Avec son nouvel adjoint Gower, Pitt assiste impuissant à l'égorgement de  son indicateur irlandais. Les deux policiers suivent en filature le meurtrier qui les amène jusqu'à Saint-Malo en France où sont reçus et logés plusieurs anarchistes et socialistes européens. 

Pendant ce temps, Victor Narraway, le supérieur de Thomas se retrouve évincé de la police secrète. Charlotte Pitt va l'aider à trouver les réponses à cette éviction en Irlande pendant que son mari est coincé en France. 

J'ai fait un saut dans le temps depuis ma dernière lecture d'une aventure de Thomas et Charlotte. Les enfants sont grands, la bonne Gracie est mariée à l'ancien adjoint de Pitt, eux mêmes sont mariés depuis quatorze ans. Pitt a eu des déboires avec le Prince de Galles. L'auteur nous le rappelle à plusieurs reprises dans le début du récit ce qui ralentit sérieusement le démarrage de l'action. 

De l'action, il y en a beaucoup ensuite : meurtre, menaces directes sur la royauté, fausses pistes et rebondissements... On retrouve également dans ce roman la tante de Charlotte, Vespasia qui par sa position sociale a un rôle important pour dénouer tous ces complots. 

J'ai passé un bon moment à lire ce roman passionnant. J'ai apprécié les passages sur l'histoire de France vu par une auteur anglaise, car elle s'est quand même documentée même si cela reste de la fiction.  



Livre lu dans le cadre de la quatrième édition du British Mysteries Month organisée par Lou de My Lou Book. Sixième billet pour ce challenge.



vendredi 1 mars 2019

Le secret de Chimneys d'Agatha Christie

Agatha CHRISTIE, Le secret de Chimenys, Paris : le Livre de Poche, 2009

Quatrième de couverture : A Londres, un prince déchu sollicite l'appui des Britanniques pour reconquérir son petit royaume des Balkans. A Paris, un de ses anciens ministres meurt en laissant des Mémoires bourrés de révélations explosives sur la famille royale. En Rhodésie, un aventurier sans le sou se voit confier la mission d'apporter à un éditeur londonien ce manuscrit que les services secrets anglais, aussi bien que les opposants au prince, aimeraient intercepter... C'est dans le cadre somptueux du manoir de Chimneys, une vieille demeure seigneuriale, que vont se retrouver les protagonistes de cette ténébreuse affaire. Chimneys, le lieu idéal pour un de ces huis clos criminels dont la romancière a le secret.



Anthony Cade est un aventurier qui vit en Afrique. L'un de ses amis lui confie une mission en Angleterre : remettre à un éditeur le manuscrit du premier ministre de Herzoslovaquie. Ce premier ministre est décédé il y a quelques mois. Son  pays est situé dans les Balkans. C'est à l'origine une royauté mais suite à l'assassinat du roi, le pays est devenu une République. La région reste politiquement instable. Il existe un certain nombre de complots politiques et économiques. 

Anthony a donc en main les mémoires de ce personnage politique de première importance. Il pourrait y avoir des éléments sulfureux dans le texte. Deux camps vont s'affronter pour le récupérer: les monarchistes et les républicains. Pour cela, ils vont utiliser différents moyens de pression sur Anthony. 

A côté de cette histoire politique, il y des lettres compromettantes écrites par une certaine Virginia Revel que Anthony Cade va devoir retrouver pour les lui remettre. Il finit par rencontrer cette femme qui est en réalité une jolie veuve qui a des liens avec la Herzoslovaquie. Entre temps, il   doit dissimuler un cadavre gênant pour Miss Revel. Ensuite, l'aventurier est convié à Chimneys par Virginia. Il se trouve alors au cœur d'une histoire de meurtre et d'opérations politiques. 

Anthony avec la complicité de Virginia, va mener l'enquête en parallèle de celle de l'inspecteur Battle de Scotland Yard, spécialement dépêché sur le lieu du crime. 

Anthony est un personnage intrépide. J'ai bien aimé aussi l'un des personnages secondaires Miss Bundle très pétillante qui adore la vitesse en voiture. Elle donne quelques sueurs froides à notre aventurier. 

Au menu : un vrai sac de nœuds. L'auteur s'amuse à mener en bateau ses personnages et le lecteur par la même occasion. 

Agatha Christie s'est probablement inspirée de la situation explosive au cœur des Balkans au début du 20ème siècle. Il y a aussi une histoire de mariage morganatique entre un  roi et une danseuse, qui m'a fait pensé à l'histoire de Nicolas II de Russie qui avait pour maîtresse une danseuse avant de se marier avec Alexandra. Lui aussi a fini assassiné un peu comme le roi de Herzoslovaquie. 

J'ai beaucoup aimé ce roman d'aventures et surtout le côté pittoresque de certains protagonistes. Au départ, le lecteur ne peut pas soupçonner que tout est imbriqué mais il y a bien un lien entre tous ces personnages et leur propre histoire. 

C'est un livre qui n'est pas compliqué à lire, j'ai passé un bon moment de détente. Je l'ai dévoré. 

Livre lu dans le cadre de la quatrième édition du British Mysteries Month organisée par Lou de My Lou Book. Cinquième billet pour ce challenge.







mercredi 27 février 2019

La maison du loch de Patricia Wentworth



Patricia Wentworth, La Maison du Loch, Paris : Lisez, 2012. 



Quatrième de couverture : "Sans le sou, Ann Vernon s'engage comme dame de compagnie auprès de la vieille Mrs Halliday. Elle est loin de se douter que le charmant fils de sa patronne en sait plus long qu'elle ne pourrait le croire sur son propre compte... et qu'il projette son assassinat. Alors que l'étau se resserre sur l'île du loch, Ann s'apprête à sombrer au cœur d'une cruelle course à l'héritage."

Ann Veron est une jeune femme sans fortune. Elle est courtisée par Charles, qui lui a un peu plus de moyens financiers. Cependant, l'histoire se déroule au début du vingtième siècle, autant dire que la fortune est un élément important pour se marier dans la société bourgeoise. La jeune femme refuse  donc la proposition de mariage de Charles. Elle s'engage alors comme dame de compagnie auprès de Mrs Halliday mais sa vie est en danger. En effet, d'autres personnes mal intentionnées, dont le fils de sa patronne, savent qu'Ann est en réalité l'héritière d'un riche homme alors qu'elle l'ignore complètement. Cet héritage suscite les convoitises d'un certain nombre de protagonistes. Ann se retrouve avec Mrs Halliday et son fils dans une maison isolée au cœur d'un  loch en Ecosse. La jeune femme va devoir faire preuve de courage et de ruse. 

L'auteur décrit avec beaucoup de précisions l'environnement dans lequel évolue Ann. L'atmosphère est pesante, j'ai apprécié ce huis-clos sur un île isolée. L'histoire se déroule aussi en Ecosse, c'est un pays que j'affectionne particulièrement. Il y a de nombreux rebondissements et un côté mystérieux dans le récit. Ann et Charles sont des personnages attachants.  C'est un bon roman mais ce n'est pas le meilleur de Patricia Wentworth. 

Livre lu dans le cadre de la quatrième édition du British Mysteries Month organisée par Lou de My Lou Book. Quatrième billet pour ce challenge.



mardi 26 février 2019

L'Ecosse hantée de Sylvie Havart

Sylvie Havart, L'Ecosse hantée : guide à l’usage des chasseurs de fantômes,  Editions le temps présent, 2014

Quatrième de couverture : "Serait-ce l’ambiance qui règne dans l’enceinte de ses vielles demeures, le bruit du vent qui souffle sur la lande désolée ou encore le mystère qui rôde autour de ses cités médiévales ? L’Ecosse baigne dans une atmosphère troublante et parfois effrayante. Ici, les paysages se perdent dans les voiles envoûtants de la brume, révélant au détour d’un chemin des ombres du passé. Feu la Reine mère, évoquait naturellement ses rencontres fortuites avec ses ancêtres disparus à chacun de ses séjours au château de Glamis, où elle naquit. Highlanders tête entre les mains errant le long d’un rempart, dames vertes glissant silencieusement sur les dalles d’un corridor glacial, sorcières tourmentées dans les flammes du bûcher, légionnaires romains de la IXe Légion anéantis en terre picte, jeunes femmes emmurées vivantes dans les oubliettes d’un donjon, tous sont les acteurs fantomatiques que le lecteur devra braver dès les premières pages. Sylvie Havart nous entraîne avec elle dans ce monde où Histoire et spectres cohabitent intimement. Organisé par régions pour une meilleure consultation, l’auteur nous offre une description précise et actualisée des phénomènes paranormaux notoires, replacés dans leur contexte historique et recoupés par des témoignages récents. 131 lieux visités, 15 régions dénombrées, 2000 ans d’histoire parcourus, ce livre est le premier ouvrage français de référence à répertorier les plus prodigieux sites hantés d’Ecosse. A sa guise, le lecteur choisira de se laisser envoûter au fil des pages ou de picorer des doses d’épouvante au gré de ses pérégrinations dans la lande écossaise. Nul doute que cet ouvrage le plongera dans une expérience inédite, au cœur de l’Ecosse hantée…

Ce livre plaira aux amateurs d'histoires de fantômes et de légendes écossaises. Ce n'est pas mon cas car j'espérais une étude un peu plus scientifique des phénomènes paranormaux qui se déroulent dans les lieux hantés. C'est en réalité, un guide grand public qui catalogue une bonne partie des légendes, des faits paranormaux en Ecosse (une sorte de yéti et de vampire  y ont même leur place). 

Il y a quelques quelques coquilles sur les noms. Les photos qui illustrent l'ouvrage ne sont pas toujours bien positionnées. La partie que j'ai préférée est celle des Highlands où les faits de hantise sont un peu plus développés et analysés par l'auteur. Les Écossais prennent au sérieux les histoires de fantômes ce qui peut être quelque peu déconcertant pour les  lecteurs français. 


Livre lu dans le cadre de la quatrième édition du British Mysteries Month organisée par Lou de My Lou Book. Troisième billet pour ce challenge.