dimanche 15 juin 2014

Vous descendez ? de Nick Hornby

Nick Hornby, Vous descendez ?, Paris : Plon,  310 pages, 2005.


Quatrième de couverture : "La veille du nouvel an, à Londres, quatre individus se retrouvent, par coïncidence, sur le toit d'un immeuble de quatorze étages, tous avec la ferme intention de sauter pour mettre un terme à une vie devenue intolérable. Arrive d'abord Martin, présentateur vedette de la télévision, dont la carrière et la famille ont été brisées par un scandale sordide et retentissant ; puis Maureen, femme simple, fervente catholique néanmoins prête à commettre le plus grand des péchés, car elle n'en peut plus de s'occuper, seule, d'un fils handicapé ; ensuite Jess, 18 ans, souffrant d'une grosse peine de coeur, pleine d'amertume (et d'alcool) ; et enfin J J, jeune Américain dont les rêves de devenir rock star ont disparu, et qui se trouve anéanti par une situation précaire de livreur de pizzas. Ce quatuor n'a en commun que le désespoir... et une petite faim. Et voici deux pizzas, apportées par J J... Les langues se délient, chacun raconte sa vie, ses déceptions ; finalement, l'aube venant, ils décident de différer, et se donnent rendez-vous à la Saint-Valentin, au même endroit. "


Il faut s'accrocher pour lire ce roman, car rire du suicide ce n'est pas si évident, cela peut mettre mal à l'aise. 

Les quatre protagonistes ont un profil psychologique bien déterminé, peut-être trop d'ailleurs. Il y a Martin, la super star de la télé qui a commis l'irréparable, il y a Maureen qui mène une vie difficile car son fils Marty est lourdement handicapé, il y a Jess qui se sent mal dans sa peau, puis JJ le musicien déchu. Par un heureux hasard, ils se rencontrent le 31 décembre au sommet de la Tour du Saut, dans l'intention de mettre fin à leurs jours.  

Le récit est rempli de clichés et les personnages sont caricaturaux. Jess est trop dans la revendication et trop excessive pour que le lecteur puisse l'apprécier. Sans cesse, elle fait déraper les choses. L'auteur l'utilise pour faire rebondir son histoire. Martin est prétentieux et vit sur son nuage, très loin de la réalité. Maureen et J.J sont plus crédibles et sauvent un peu la donne, mais je n'ai pas réussi à m'attacher à ces personnages. 

Il n'y a pas de fin, le dénouement est un éternel recommencement. Je n'aime pas les histoires où il n'y a pas de conclusion, j'ai été plutôt frustrée par les dernières pages. 

Je n'ai pas été réceptive à l'humour de Nick Hornby. En effet, cette histoire qui se veut drôle ne l'est pas. Je ne pense pas renouveler l'expérience avec cet auteur. 

Livre lu pour la lecture commune Nick Hornby du mois anglais organisé par Lou, Titine et Cryssilda



6 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu Nick Hornby, je ne peux pas te conseiller un autre roman pour réessayer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la première fois que je lis cet auteur, c'est un libraire anglais qui me l'avait conseillé mais ce n'était pas le titre qu'il m'avait proposé il m'avait proposé A propos d'un gamin que j'ai préféré offrir, j'aurais peut-être du commencer par cette histoire un peu moins tordue.

      Supprimer
  2. Je l'ai lu il y a quelques années et ne m'en souviens pas très bien. J'avais passé un bon moment à l'époque mais pour en avoir lu quelques autres je pense que c'est assez représentatif de Nick Hornby, que je trouve très sympa mais léger. J'avais aimé "High fidelity" pour l'époque et les personnages, des Anglais de tous les jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vraiment, l'occasion se présente, je relirai peut-être Nick Hornby mais j'ai eu du mal à terminer ce livre

      Supprimer
  3. je l'avais lu il y a quelques années, je n'avais pas du tout accroché...pourtant j'ai aimé "high fidelity" (le film est aussi très bien) et " à propos d'un gamin".

    RépondreSupprimer
  4. J'essayerai peut-être de lire High Fidelité pour le mois anglais 2015

    RépondreSupprimer