vendredi 28 mars 2014

Pierre Rabhi, Le chant de la terre

Jean-Pierre et Rachel Cartier, Pierre Rabhi, Le chant de la terre, Paris : La Table Ronde, réédition 2012, 256 pages.

Quatrième de couverture : "Pierre Rabhi est né dans l'oasis de Kenadsa, dans le Sud algérien. Au contact des Occidentaux lors de sa venue en France, il constate que la Terre n'est pas perçue comme une source de vie. Installé en Ardèche, il pratique en pionnier l'agroécologie. Il en enseigne les méthodes et les bienfaits dans plusieurs pays d'Europe et d'Afrique. «De ses propres mains, écrit son ami Yehudi Menuhin, Pierre Rabhi a transmis la vie au sable du désert, car la vie est une, et la féconde transformation bactérienne rend au sable lui-même le don de pouvoir renouveler les espèces. Cet homme très simplement saint, d'un esprit net et clair, dont la beauté poétique du langage révèle une ardente passion, cet homme a fécondé des terres poussiéreuses avec sa sueur, par un travail qui rétablit la chaîne de vie que nous interrompons continuellement.» Jean-Pierre et Rachel Cartier donnent ici plus qu'un portrait de Pierre Rabhi, ils le font parler. Et sa parole est le chant de la Terre. L'actualisation de cet ouvrage par Anne-Sophie Novel, journaliste spécialiste du développement durable, permet de mesurer l'engagement citoyen de Pierre Rabhi, d'appréhender sa vie d'homme public, son expérience en politique, et de saisir toute la portée de son cheminement spirituel." 

Si j'ai choisi de lire cet ouvrage, c'est que j'ai voulu comprendre l'enthousiasme autour de Pierre Rhabi. En effet, ses idées sont intéressantes car il propose un modèle de vie alternatif face à celui dans lequel nous vivons. Certains faits sont un peu dépassés, voir démodés malgré la mise à jour du livre, mais cela ne gêne en aucun cas la compréhension de sa pensée. 

Justement dans sa pensée, la nature a une place centrale. J'ai apprécié ce lien qu'il entretient avec la "terre nourricière". Finalement, cet ouvrage amène le lecteur a réfléchir sur ses propres rapports avec la nature. Pierre Rhabi alerte ses interlocuteurs sur l'esprit de compétition qui règne dès l'entrée à l'école. Les enfants sont souvent angoissés car tout au long de leur scolarité, ils sont mis en concurrence.  A mon avis, le phénomène s'est fortement amplifié aujourd'hui.

Pierre Rhabi dénonce également le fait que l'Occident ait toujours voulu imposer son modèle dans le monde alors que le contexte environnemental, social, économique et culturel n'est pas le même partout. Les méthodes qui ont fonctionné en Occident ne fonctionneront pas ailleurs pour ces raisons, pour ces différences. Pierre Rabhi est bien placé pour le savoir car il est né dans le Sud Algérien où il a passé les premières années de sa vie, puis il a été "adopté" par un couple français qui l'a emmené en France. 

Je trouve que la première partie est à prendre avec un peu de recul car Jean-Pierre et Rachel Cartier analysent les propos de Pierre Rhabi avec beaucoup de subjectivité. C'est au lecteur de se faire sa propre opinion. La deuxième partie est plus neutre car elle a été écrite par Anne-Sophie Novel qui a souhaité "actualiser et prolonger" la précédente édition. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire