dimanche 19 mai 2013

La Saga des Limousins: L'an Mil

Yves Aubard, La Saga des Limousins : l'An Mil, Poitiers : Gestes éditions, 331 pages, 2013.

Quatrième de couverture : "L'’An Mil est le second tome de « La Saga des Limousins ». De 999 à 1005, les aventures de Lou, devenu le vassal favori de Guy de Limoges, continuent. Ses fils sont en âge de connaître leurs premiers émois et leurs premiers exploits. Ils accompagnent leur père de Brantôme à Rome en passant par Cargilesse. Aux côtés de Guy, ils combattront Grimoald, le très rétors évêque d’Angoulême, ils se battront pour la forteresse de Brosse… Jean sera engagé auprès du Pape Sylvestre et Eudes se battra pour conquérir la future femme du duc d’Anjou. Des péripéties qui confirmeront au seigneur de Châlus que ses enfants sont dotés de qualités hors du commun."

C'est avec plaisir que j'ai retrouvé La saga des Limousins. Dans ce deuxième tome, l'histoire est focalisée sur les enfants de Guy et de Lou : Isabelle, Eudes et Jean. 

Cette fois, l'auteur propose de nouveaux sujets tels que les tournois, l'étude de la médecine et les relations entre pouvoir séculier et pouvoir spirituel. Il n'y a pas de redondances dans ce deuxième opus. 

Les atouts du livres : la couverture, le résumé du tome I dans les premières pages et le contexte historique bien expliqué dans les dernières pages.  

Chaque enfant de Lou a un profil particulier : pour Eudes, ce sont les armes et la stratégie comme son père, pour Jean, c'est la médecine comme sa mère et sa grand-mère et pour Isabelle, c'est la justice. 

Les Châlusiens voyagent en France et en Italie. Jean va étudier aux côtés du Pape Sylvestre à Rome où il rencontre trois autres jeunes gens, dont une jeune fille, tous aussi érudits que lui. Il est peu probable qu'une femme se soit trouvée aux côtés du Pape pour effectuer des traductions pour le compte du Vatican, mais nous sommes dans la fiction. De même, Isabelle procède à des enquêtes à Châlus pour que justice soit rendue. La fiction a désormais pris le pas sur la réalité. 

Dans ce tome, on découvre les tournois à Angers, car Guy a décidé de marier sa fille à Foulques Nerra. Le tournoi consiste à jouer à la guerre et assurer son autorité en temps de paix. Une fois de plus, l'auteur est très bien documenté sur le sujet. La hiérarchie sociale est plutôt respectée sauf les digressions sur les jeunes femmes. 

Yves Aubard est beaucoup moins magnanime avec ses personnages. La réalité du Moyen-Age est parfois difficile à vivre pour nos protagonistes. En effet, Jean découvre l'origine du Mal des Ardents mais ne peut dévoiler son secret. Des amourettes se dessinent mais sans espoir. Le pouvoir spirituel et le pouvoir séculier sont constamment en opposition. 

J'ai passé un bon moment avec ce roman. Je pense que pour pouvoir juger la qualité générale de l'histoire, il faut lire les sept tomes. Il va falloir  être patient pour connaître la suite. 
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire