samedi 23 mars 2013

Agnès Grey de Anne Brontë

Anne Brontë, Agnès Grey, Paris : Archipoche, 2012

Quatrième de couverture : "Élevée au sein d'une famille unie mais pauvre - qui n'est pas sans rappeler la fratrie Brontë -, Agnès Grey, 18 ans, fille d'un pasteur d'un village du nord de l'Angleterre, décide de tenter sa chance dans le monde en se faisant gouvernante. Trop discrète et inexpérimentée, elle est vite confrontée à la dure réalité dès son arrivée chez la famille Bloomfield. Désarmée face à l'indiscipline des enfants gâtés dont elle a la garde, et à l'indifférence cruelle des adultes, elle est renvoyée au bout de quelques mois. Sans désemparer, et dans l'obligation de subvenir à ses besoins, elle trouve alors un emploi chez les Murray. Les jours passent, avec leur lot de monotonie et de difficultés, jusqu'à l'arrivée du nouveau pasteur, Mr Weston...Chronique réaliste à la première personne, non dénuée de satire, Agnes Grey est largement inspiré de l'expérience de gouvernante d'Anne Brontë dans l'Angleterre provinciale de son siècle, tout comme Jane Eyre de sa soeur Charlotte.

Agnès Grey est un excellent roman sur l'expérience d'une gouvernante anglaise au XIXème siècle. L'histoire est narrée à la première personne ce qui implique beaucoup plus le lecteur. Dans cette société du XIXème siècle, la gouvernante a un rôle central car c'est elle qui éduque et forme les enfants des plus couches les plus aisées. En effet, les parents ne se préoccupent pas de l'éducation de leurs bambins. L'auteur décrit avec justesse les codes de la société du XIXème siècle. Evidemment, la hiérarchie sociale ne peut-être en aucun cas bousculée.

Agnès Grey essaye au possible de donner une éducation traditionnelle et correcte à ses protégés mais elle est souvent confrontée à leur violence, leur rejet, et surtout à la non reconnaissance de son travail. On sent parfaitement le vécu de l'auteur. J'ai trouvé l'univers d'Anne Brontë moins austère que celui sa soeur Charlotte même si le livre est parsemé de références religieuses assez pesantes.


Livre lu pour le challenge God Save the Livre organisé par Antoni. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire