dimanche 20 janvier 2013

Histoires Diaboliques d'après Nicolas Gogol mis en scène par Anton Kouznetsov

Je suis abonnée au théâtre de l'Union à Limoges. Vendredi 11 janvier, j'ai assisté à la représentation d'Histoires Diaboliques d'après Nicolas Gogol (Nouvelles de Mirgorod) mis en scène par Anton Kouznetsov  

Présentation du spectacle :
D’après Nicolas Gogol > mise en scène Anton Kouznetsov
Avec Hervé Briaux, Laurent Manzoni, Aurore James, Denis Boyer.

Gogol déploie dans les nouvelles fantastiques de son recueil Mirgorod, le sujet qui fera l’objet de toute sa quête tant littéraire que philosophique : le rôle des forces du mal dans le destin des hommes. Dans ses récits, pleins d’humour, de monstruosités, de satire et de mystères, d’effroi et d’espoir, il formule sa vision fondatrice d’une lutte continue entre le bien et le mal, entre le cosmos et le chaos, et il entame sa plongée dans la noirceur de l’âme humaine. La peur est-elle le moteur de la foi et de la bonté ? N’est-ce pas ironiquement là, précisément là, que se loge le diabolique ? Anton Kouznetsov continue son travail sur l’oeuvre de Gogol entamé avec Les âmes mortes qu’il avait présenté à l’Union en 2010.

Cette pièce de théâtre est adaptée de trois nouvelles écrites par Nicolas Gogol (Nouvelles de Mirgorod) 

La brouille des deux Ivan : les deux Ivan ont noué des liens d'amitié indéfectibles jusqu'au jour où la convoitise amène les deux hommes à se brouiller.  

Vij : un séminariste va rencontrer une sorcière. Cette rencontre ne sera pas sans conséquence pour lui. 

La Nuit juste avant Noël. Un forgeron fait appel au diable pour l'aider à offrir à sa fiancée les chaussures de la tsarine. 

Je n'ai pas lu le recueil de Gogol donc je ne peux pas juger l'adaptation de ses nouvelles. Cependant, les comédiens sont excellents et interprètent avec justesse leur rôle. Un superbe travail a été effectué sur les décors par les ateliers du Théâtre de l'Union. Le spectateur est plongé dans un univers à la fois très étrange et très mystérieux. Anton Kouznetsov a su mêler le fantastique et l'humour dans sa pièce.

En revanche, on ressent comme un goût d'inachevé pour la nouvelle Vij car on ne sait pas si le forgeron se marie avec sa fiancée et quelle est la nature du pacte signé avec le diable. Au début de la représentation, le spectateur non averti peut avoir du mal à saisir que les trois nouvelles s'entremêlent. Cette pièce de théâtre m'a vraiment donné envie de lire les Nouvelles de Mirgorod et je garderai un très bon souvenir de cette représentation.




2 commentaires:

  1. Tu as dû passer un super bon moment, tant mieux, et j'espère que tu liras Gogol ! Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  2. Oui c'était vraiment bien. J'ai emprunté deux romans de Gogol que j'espère avoir le temps de lire dans les prochaines semaines : Journal d'un fou et le portrait.

    RépondreSupprimer