vendredi 10 juin 2016

De toutes les couleurs d'Angela Huth

Angela Huth, De toutes les couleurs, Paris : Folio, 2006

Quatrième de couverture : "Isabel vient de fêter ses quarante ans. Ce n'est pas le désastre annoncé par son amie Carlotta. À peine une ponctuation dans la douce fuite des jours. Un mari, une fille, un atelier de confection de masques : la vie continue. Toutefois, Dan, le mari, lassé de son métier, ne vit plus que pour le théâtre. Il a connu un premier succès à Oxford et n'aime pas voir ses manuscrits refusés. Sylvie, la fille, a beau porter un regard affectueux sur le couple que forment ses parents, elle n'en est pas moins une adolescente en conflit ouvert avec sa mère et n'en fait qu'à sa tête. Quant à Bert, l'ami de jeunesse de Dan, de retour après avoir travaillé à New York, il n'est ni aveugle, ni sourd, ni muet vis-à-vis des femmes qui l'entourent. Et Carlotta, la bonne copine célibataire, qui cumule les aventures, éprouve un gros faible pour Dan."


J’ai lu il y a quelques temps Mentir n’est pas trahir du même auteur. Mes impressions sur ce roman sont similaires à cette première lecture. 

Cette fois, Anglea Huth fait intervenir six narrateurs qui expriment leur point de vue sur les mêmes faits mais qui évidement n’ont pas du tout la même impression, ce qui est parfois comique.

Dans ce petit univers, il y a Dan ; Isabel sa femme ; Sylvie leur fille ; Gilbert l’ami de Dan ; Carlotta l’amie d’Isabel et Gwen la femme de ménage. Dan et Isabel forment un couple solide mais leur petite routine va être ébranlée par Gilbert et Carlotta.  

Il y a quelques longueurs dans le récit. De plus, les rebondissements sont prévisibles. Ce n’est pas un roman qui me laissera un souvenir extraordinaire.



Livre lu pour la lecture commune Angela Huth pour le mois anglais organisé  Lou et Cryssilda.





2 commentaires:

  1. "Les filles de Hallows Farm" et "Quand rentrent les marins" m'avaient séduite mais je pense passer mon chemin pour celui-ci...

    RépondreSupprimer
  2. Il ne me semble donc pas nécessaire de lire ce roman après Mentir n'est pas trahir.

    RépondreSupprimer