lundi 20 janvier 2014

Le renard et la caverne

Pierre-Yves Demars, dessins : Gilles Sacksick, Le renard et la caverne, Lamazière- Basse, Maiade éditions, 2012, 157 pages. 

Quatrième de couverture : "Douze contes insolites pour un pays caché. Ce pays, c’est la Corrèze, celle que vous ne connaissez pas. Douze lieux de Corrèze où, de Bort à Lubersac, de Tulle au Longeyroux, du Causse à la Dordogne, vous attendent frissons, féerie, sagesse. Ce pays, c’est celui des grottes où le mystère guette le préhistorien trop curieux. Celui des fleurs qui, par trois coups de baguette, éclosent dans les tourbières. Vous y apprendrez l’histoire du mystérieux renard qui aimait trop les poules, celle du pauvre Sylvain amoureux d’une statue, celle du valeureux Antonin sauvé par une tresse… Vous survolerez antennes et éoliennes en compagnie d’étranges créatures, vous retrouverez peut-être la pièce d’or dans la fontaine maudite, et vous devrez affronter l’effroyable Tête de l’Homme. Vous y rencontrerez même de bien cocasses Rubens et croiserez le chemin d’Ahasverus, le juif errant en personne : alors, comme le petit Pierre qui avait perdu sa balle, vous n’ignorerez plus rien sur la relativité…Mêlant, avec délicatesse, humour et tendresse, époques, mythes, histoire et vie quotidienne, Pierre-Yves Demars nous entraîne au cœur d’un improbable fantastique, celui du chercheur poète, et nous offre ainsi de la Corrèze un visage tout à fait insolite"

En choisissant ce livre, je m'attendais à lire des contes, or la dimension réaliste de certains récits me font plutôt penser à des nouvelles. Le style est assez soutenu, Pierre-Yves Demars est un préhistorien et cela se ressent dans sa façon d'écrire. La qualité d'écriture est constante du début à la fin de l'ouvrage. 

L'utilisation du "je" dans la narration est assez déroutante. Est ce que c'est l'auteur qui parle ou un autre personnage ? D'où mon interrogation sur les clichés peu flatteurs à l'égard de la jeunesse  :  "ce devait être bien innocent par rapport à ce que les jeunes filles d'aujourd'hui peuvent entendre (ou proférer !)" et dans  "Le voyage en ballon" où le narrateur est accompagné d'un "jeune en survêtement gris à capuche" qui ne lâche pas son portable de la main pendant le voyage.  

 J'ai eu un coup de cœur pour  "Naissance d'une fleur" qui raconte comment les fées donnent naissance à une fleur, la chute est excellente. J'ai apprécié aussi  "Sainte Gertrude", l'histoire  d'une statue cachée au fond d'une église. Le conte "Au temps des gabares" est une belle histoire de courage.

 Les illustrations de Gilles Sacksick sont superbes et mettent en valeur les textes de Pierre-Yves Demars. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire