samedi 1 juin 2013

La Dame du Manoir de Wildfell Hall

Anne Brontë, La dame du Manoir de Wildfell Hall, Paris : Archipoche, 2012, 564 pages. 

Quatrième de couverture : "L'arrivée de Mrs Helen Graham, la nouvelle locataire du manoir de Wildfell, bouleverse la vie de Gilbert Markham, jeune cultivateur. Qui est cette mystérieuse artiste, qui se dit veuve et vit seule avec son jeune fils ? Quel lourd secret cache-t-elle ? Sa venue alimente les rumeurs des villageois et ne laisse pas Gilbert insensible. Cependant, la famille de ce dernier désapprouve leur union et lui-même commence à douter de Mrs Graham... Quel drame s'obstine-t-elle à lui cacher ? Et pourquoi son voisin, Frederick Lawrence, veille-t-il si jalousement sur elle ? Publié en 1848, La Dame du manoir de Wildfell analyse la place des femmes dans la société victorienne. Considéré comme l'un des tout premiers romans féministes, il entretient de nombreux liens avec Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë et s'inspire de la descente aux enfers, de l'alcoolisme et de la débauche de leur frère Branwell, mort entre leurs bras."


*********
Le roman d'Anne Brontë se divise en trois parties. Le narrateur de la première partie est Monsieur Markham. Une jeune femme mystérieuse, Mrs Graham, accompagné de son petit garçon Arthur, s'installe dans le manoir de Wildfell Hall. Néanmoins, son histoire et ses origines sont un mystère. Markham tombe immédiatement sous le charme de la jeune femme mais elle semble cacher un lourd secret. Les nouvelles vont vite, les suspicions et les rumeurs s'accroissent aussi. Plus les habitants cherchent à en savoir sur la mystérieuse jeune femme, plus elle devient distante. Markham finit par tomber dans le piège de la rumeur. 

Dans la deuxième partie du roman, c'est Helen Graham qui s'exprime à travers son journal personnel. Ainsi Markham apprend la vérité sur l'histoire de la mystérieuse jeune femme. Le lecture suit l'évolution psychologique du personnage. Au départ, Helen est très immature. Anne Brontë décrit une jeune fille qui fait son entrée dans la société. Sa tante essaye par tous les moyens de la mettre en garde contre les hommes. Néanmoins Helen choisit d'écouter son coeur. Après son mariage, Helen mûrit petit à petit puis c'est le temps de la désillusion, de l'amertume puis la descente aux Enfers. 

Dans la troisième partie c'est à nouveau Markham qui s'exprime sous forme de lettres à un ami  comme dans la première partie. Seule l'histoire dira, à ce moment, si Mrs Graham et Monsieur Markham se réuniront ou pas. 

C'est avec plaisir que j'ai retrouvé la plume d'Anne Brontë. L'écriture de l'auteur a évolué depuis son premier roman Agnès Grey. Le côté moralisateur et religieux est toujours là mais sans être trop pesant. On comprend très vite pourquoi ce roman a choqué à l'époque. En effet, Anne Brontë n'épargne pas le lecteur sur les frasques du mari de la mystérieuse habitante du Manoir de Wildfell Hall. 


Anne Brontë décrit avec beaucoup de justesse les conditions de vie de la femme au XIXème siècle. Dans ce roman, nous avons des mariages heureux, des mariages malheureux, des mariages d'intérêt et des mariages d'amour. Toute la société est criblée au peigne fin. Je tiens aussi à signaler que la préface d'Isabelle Viéville Degeorges est  très intéressante. Elle nous donne quelques clés pour la lecture. Ce roman est un petit bijou de la littérature anglaise qui a été trop longtemps négligé et mis de côté.

Livre lu dans pour le mois anglais organisé par Lou et Titine






et pour le challenge God Save the Livre organisé par Antoni. 


22 commentaires:

  1. Étant fan des sœurs Brontë, j'avais bien entendu lu ce roman de Anne. Et comme toi, je l'avais beaucoup apprécié notamment pour la description de la condition des femmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que Miss Graham tombe vraiment sur le mauvais mari. Ce genre de situation arrivait bien souvent hélàs.

      Supprimer
  2. Je me rappelle avoir eu un petit coup de mou au milieu du roman. Mais oui, on voit tout à fait pourquoi le roman a choqué!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La deuxième partie du roman est celle qui m'a le plus plu mais je peux comprendre, le style et le narrateur sont différents.

      Supprimer
  3. J'ai lu aussi ce roman il y a quelques temps. Je l'avais, comme toit, vraiment aimé!
    Bon moi anglais! ;)

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Je me souviens bien de ton billet. J'avais gardé en tête le titre mais je n'avais pas eu l'occasion d'en entendre parler depuis. En février-mars j'ai lu Agnès Grey de la même auteur que j'ai également apprécié.

      Supprimer
  5. un roman qui fit scandale... et que je n'ai toujours pas lu! un bon rappel!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la préface, il est précisé que Charlotte Brontë a tout fait pour que le roman soit retiré de la circulation après la mort de sa soeur à cause du scandale qu'il a causé.

      Supprimer
  6. J'avais bien aimé ce roman (pas autant que Jane Eyre, mais quand même !), notamment pour son aspect social et assez féministe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai apprécié Jane Eyre mais je le trouve très austère par rapport à l'oeuvre d'Anne Brontë. C'est vrai qu'on peut dire qu'Anne est un peu avant-gardiste par rapport aux mœurs du XIXème siècle.

      Supprimer
  7. De la famille Brontë, je n'ai lu que Jane Eyre de Charlotte. Je n'ai jamais réussi à aller au bout des Hauts de Hurlevent... Par contre, les romans de Anne m'attire énormément. Faudrait que je profite du Challenge Victorien pour les lire, depuis le temps que je veux le faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je n'ai jamais réussi à aller au bout des Hauts de Hurlevent. Je te conseille vivement de lire les romans d'Anne Brontë, ils sont très intéressants.

      Supprimer
  8. Je ne l'ai pas encore lu mais j'aime l'idée de ces trois parties distinctes, cela me donne encore plus envie de lire ce roman... merci beaucoup pour cette première participation au mois anglais :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et j'espère que j'aurai un peu plus de temps pour lire qu'au mois de mai surtout pour lire et écrire d'autres billets pour le mois anglais. A bientôt

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai pas encore lu ce roman - je dis pas encore car je sais que je lirai tous les romans des soeurs Brontë. Je le lirai peut-être cet été car j'ai une LC soeur Brontë avec des copines. En tous cas, j'aime toujours leur livres en général.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une préférence pour Anne pour l'instant mais je n'ai pas encore lu tous les livres des sœurs Brontë

      Supprimer
  11. Voilà un roman dont j'ignorais totalement l'existence mais ce que tu en dis me tente énormément ! (J'avais adoré "Les hauts de Hurlevent^^)

    RépondreSupprimer