jeudi 11 avril 2013

La sorcière de Salem


Elizabeth Gaskell, La sorcière de Salem, Paris : Editions José Corti, 1999, 224 pages. Traduit par Roger Kann et Bertrand Fillaudeau. 

Présentation de l'éditeur : "La sorcière de Salem est la description de la paranoïa implacable d’une petite ville. Nous sommes en 1691 et Loïs Barclay arrive à Salem pour rejoindre un oncle — elle vient de perdre sa mère et son père et a donc quitté son Angleterre natale. Elle se retrouve seule et isolée dans cette Nouvelle-Angleterre où va avoir lieu l’un des épisodes les plus tragiques de la toute jeune Amérique, celui des Sorcières de Salem, qui marquera pour longtemps la conscience collective. En s’appuyant sur des faits historiques, comptes rendus des procès et suites de l’affaire, Elizabeth Gaskell parvient à rendre magistralement la montée du péril, l’atmosphère de délation et de haine, la folie collective qui vont broyer à jamais des êtres de chair et de sang[...]"


Après une première lecture, plutôt décevante de Cranford d'Elizabeth Gaskell, (j'avais abandonné le livre), j'ai décidé d'emprunter à la Bibliothèque  la Sorcière de Salem.

J'ai choisi ce roman car c'est une "fiction" historique. Elizabeth Gaskell reconstitue des faits historiques qui se sont passés à la fin du XVIIème siècle, avec une vision du XIXème siècle.  

Dans ce roman, Loïs débarque en Nouvelle-Angleterre suite au décès de ses parents. La tension est palpable dès son arrivée car l'accueil de sa tante, qui est censée la recueillir, est plutôt froid. Tant que son oncle vivra, Loïs sera tranquille mais tout se complique lorsque son oncle, déjà malade, meurt à son tour. 

Un climat de fanatisme et de terreur s'installe alors dans la petite communauté de Salem. Des innocentes sont accusées d'être les alliées du Diable et d'être des sorcières. Elizabeth Gaskell réussit à créer une ambiance pesante, elle interagit à certains moments pour justifier la naïveté des protagonistes. 

Cette période de l'histoire des Etats-Unis est une époque de superstition où tout va très vite. C'est la religion puritaine qui sévit et qui punit des innocents. L'auteur dénonce ces événements avec beaucoup de justesse. J'ai particulièrement apprécié ce roman et la plume d'Elizabeth Gaskell. On ressent beaucoup d'émotion face au destin tragique de Loïs.

La préface permet au lecteur de cerner le contexte historique et d'en savoir un peu plus sur l'auteur. 



4 commentaires:

  1. Je note, le sujet m'intéresse. Merci pour la découverte. :)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas bien l'oeuvre d'Elizabeth Gaskell mais j'ai eu l'impression de lire un roman à part. Je lirai prochainement ses autres romans pour me donner une idée.

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de l'ajouter à ma "wish list". Je pense que je vais aimer l'ambiance.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ton commentaire, c'est un bon roman et bien contextualisé.

    RépondreSupprimer