jeudi 20 décembre 2012

Terre des monstres : Sombres complots

D.M Cornish, Terre des monstres, Tome III : Sombres complots, Paris : Milan, 407 pages, 2009

Quatrième de couverture : "Pour Rosamonde, le temps de l'entraînement touche à sa fin. Le premier contremaître envoie les apprentis lanterniers sur leur poste de garde, aux quatre coins du Demi-Continent. Mais pourquoi affecter Rosamonde à Vermispion, l'une des forteresses les plus dangereuses? Ici, plus que nulle part ailleurs, les monstres rôdent, sont à l'affût... prêts à attaquer les humains. Tous les humains? " Rosamonde réprima un cri. Ses entrailles se nouèrent. Son esprit se vida de toute pensée cohérente. Un nulâme ! Un nulâme, ici, à Moulinvers ! Pendant une seconde, il fut incapable de réfléchir, il ne parvenait pas à croire ce qu'il voyait de ses yeux. Pourtant, avec l'épouvante glacée qui se répandait dans son corps et la petite voix dans son cerveau qui lui hurlait de fuir, vint une rage, inattendue et dévorante. Il faisait face à un nulâme, un être créé de toutes pièces par des hommes sans foi ni loi. "

Dans ce troisième tome, la route continue pour Rosamonde. Notre lanternier est affecté à Vermispion, une forteresse perdue au milieu des monstres. Sa position face aux créatures devient de plus en plus contradictoire. Par un concours de circonstances, il va apprendre qui il est, sans comprendre réellement les enjeux de cette identité cachée par ses anciens maîtres.

Ce tome clôture en beauté les aventures de Rosamonde et laisse la porte ouverte à une éventuelle suite. Il y a beaucoup plus de suspens et de rebondissements que dans le deuxième tome. 

Les illustrations sont toujours aussi belles. Il est dommage que dans l'édition française elles ne soient pas en couleur.  

Au final, les trois tomes réunis donne un bon roman. Néanmoins, le fait que l'histoire soit coupée en trois tomes n'est pas très pertinent. En effet, le rythme du premier tome est complètement perdu dans le deuxième tome, rythme que nous retrouvons dans le troisième.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire