vendredi 20 avril 2012

Eva ou le temps des regrets



Merci aux Agents Littéraires et à Mon Petit Editeur pour cette découverte :


Marcy Gonper, Eva ou le temps des regrets,  Paris : Mon petit éditeur,184 pages. ISBN : 9782748379372. 20 euros.



Quatrième de couverture : "Evelyne de Saint-Simon, fille d’un riche aristocrate parisien, aime Juan Roblès, un roturier espagnol. Comme il n’est pas question de mésalliance elle s’enfuit du château de la Ronceraie et se marie à Madrid. De leur amour naît Éva. Quelques années plus tard, afin de poursuivre ses études de piano, Éva habite chez son grand-père. Elle fait la connaissance de Jean-Césaire. Coup de foudre réciproque. L’oncle d’une de ses amies, James d’Anford, la demande en mariage. Influencée, elle se marie avec un homme qu’elle n’aime pas. Malheureuse, elle part pour l’Écosse et met de la distance avec ses parents. Elle ne les reverra plus: ils se tuent dans un accident de voiture. Des années après, elle s’installe à Madrid. Son passé la hante. Est-elle coupable de la mort de ses parents? Pour quelles raisons n’a-t-elle pas tenu son engagement vis-à-vis de Jean-Césaire ? Essayant de sortir de la mélancolie qui l’atteint, elle consulte un psychiatre. Mais le passé est omniprésent: au cours d’un déjeuner, elle croit reconnaître un visage… "

Mon avis : 


Dans son roman, Marcy Gonper nous fait voyager de l’Espagne à la France en passant par la Crète. L’histoire d’Eva est racontée par des flash back. En réalité, la vie du personnage principal bascule lorsqu’elle a dix-sept ans. Eva choisit alors de vivre avec son grand-père à la Ronceraie, un château situé en France dans la banlieue parisienne. Cet évènement a de nombreuses conséquences pour elle puisque son environnement change complètement. D’un monde aux couleurs chaudes situé en Espagne où la simplicité règne, elle bascule dans un monde rempli d’illusions qui s’avère, en fait, superficiel et très traditionnel. Eva ne peut s’échapper de celui-ci que par sa rencontre avec Jean-Césaire. Cependant, elle sera obligée de se plier à la pression familiale. Eva paye donc très cher son retour en France car elle est au centre d’enjeux qui, de générations en générations ne subsistent toujours.

Ce livre est très bien écrit. Tout d’abord, l’auteur nous dépeint des paysages avec de très belles descriptions. De plus, on peut facilement s’identifier à Eva, le personnage principal du roman. Les personnalités secondaires comme la famille et l’entourage espagnol d’Eva sont aussi très attachants. D’autre part, Marcy Gonper ne tombe pas trop dans le sentimentalisme même si parfois elle se permet quelques excès. Par moment, le roman semble intemporel mais l’auteur n’oublie pas nous situer dans le temps par les faits marquants de l’histoire espagnole.

Je pense que ce livre pourrait avoir une suite. En effet, dans le dénouement, l’auteur laisse la porte ouverte à l’avenir et à l’imagination car Eva fait le bilan et comprend mieux son passé mais des questions restent en suspens. Marcy Gonper a un style fluide, son livre se lit avec plaisir. J’ai apprécié ce roman et j’ai ainsi découvert un auteur que je ne connaissais pas. J’espère la relire prochainement.

A lire absolument !




Si je devais donner une note elle serait de 5/5

Quelques citations :

« Le soleil déclinait en perdant la force de sa brûlure. Le ciel flamboyait à grands coups de rayons. L’air doux faisait sortir. Les rues converties en boulevards, grouillaient de flâneurs en quête d’un restaurant où il ferait bon savourer quelques spécialités. » p.17

« Le temps lui parut soudain si maussade que le soleil ibérique lui manqua. Elle regretta les chemins que son père empruntait pour aller à Malaga. Tout au long du trajet, il chantait des flamencos que sa mère accompagnait en frappant des mains, comme une vraie Andalouse. » p. 61

« Quant elle posa le pied sur la marche en marbre, l’impression de ne pas être en harmonie avec le décor qui l’entourait se fit si vive qu’elle n’aima pas ses mocassins qu’elle avait cirés la veille pour leur donner un coup de neuf. » p.65




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire