jeudi 26 mai 2011

Joséphine Baker par Jacques Pessis

Pessis Jacques, Joséphine Baker, Paris : Folio, 2007, (Biographie), 249 pages.




Quatrième de couverture : "J'étais l'idole sauvage dont Paris avait besoin. Après quatre années de violence, j'ai symbolisé la liberté retrouvée, la découverte de l'art nègre, du jazz. J'ai représenté la liberté de me couper les cheveux, de me promener nue, d'envoyer tous les carcans au diable, y compris le corset." On ne retient souvent de celle qu'on surnomma la "Vénus d'Ebène" que son apparition fracassante au Théâtre des Champs Elysée, dans la Revue Nègre en octobre 1925. Tout le monde connaît sa fameuse ceinture de bananes et sa chanson fétiche J'ai deux amours. Mais il est une autre Joséphine Baker (1906-1975), égérie des cubistes, exportatrice du jazz et des musiques noires, qui se mobilise pour la Croix Rouge, s'engage dans les services de renseignements des Forces Françaises. Libres, milite contre le racisme, adopte douze enfants de toutes origines afin de donner l'exemple de la fraternité universelle. C'est à la rencontre de cette Joséphine "engagée chaleureuse" que ce livre nous convie.


*******************************


Il y a quelques années, je me suis rendue au Château les Milandes en Dordogne qui a appartenu à Joséphine Baker de 1947 à 1968. Un musée est consacré à l'artiste et quelques spectacles y sont régulièrement organisés. Suite à cette visite, j'ai souhaité lire une biographie de Joséphine Baker. On m'a offert ce livre très récemment, c'était donc l'occasion de se documenter sur ce personnage qui hante toujours les Milandes. Même si le château a été racheté à plusieurs reprises, la conception du musée fait qu'on a l'impression que Joséphine vit encore dans ce château. Je garde un bon souvenir de la magnifique salle de bain du château.



*********************


La biographie de Jacques Pessis ne fait pas qu'évoquer le château de Milandes. Il est au sein de la biographie comme un personnage à part entière. La vie de Joséphine a essentiellement tourné autour de cet édifice qu'elle n'a pu sauver. Le livre nous décrit la vie de cette héroïne de la Seconde Guerre Mondiale, puis de celle qui s'est battue contre le racisme. Joséphine Baker a toujours pris position contre le racisme et l'injustice. Le destin de cette femme est assez extraordinaire. Jacques Pessis a fait un très bon travail de biographe, même si son style est souvent "à l'eau de rose". C'est en 1919 que Joséphine Baker entre sur scène, elle ne quittera jamais la scène et combattra à plusieurs reprises la maladie. Sa volonté de vivre est tellement forte qu'elle réussit à remonter sur scène à plus de 65 ans.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire