dimanche 1 décembre 2013

Le dernier amour d'Arsène Lupin

Maurice Leblanc, Le dernier amour d'Arsène Lupin, Paris : Balland, 260, 2012

Quatrième de couverture : "Décembre 1921. Alors qu'il se consacre désormais à l'éducation des enfants pauvres de la " Zône " au nord de Paris, Arsène Lupin doit reprendre du service pour défendre son bien. Des " forces obscures " veulent, en effet, s'approprier un livre mystérieux ayant appartenu à l'un de ses ancêtres, général d'Empire. Pour parvenir à leurs fins, ces forbans particulièrement bien organisés sont prêts à tout. Y compris à risquer la vie de Cora de Lerne, " dernier et unique amour " du célèbre gentleman-cambrioleur. Composée en 1936, cette ultime aventure d'Arsène Lupin aura attendu soixante-quinze ans avant d'être publiée, Maurice Leblanc, affaibli par la maladie, n'ayant pu achever l'adaptation de son roman en feuilleton pour une première parution dans la presse. Après le décès de l'auteur en 1941, Le Dernier Amour sera " oublié " dans un gros dossier en toile beige. Intrigues historiques, fausses pistes, trahisons et passion amoureuse, tous les ingrédients des " Arsène Lupin " sont réunis dans cette histoire à rebondissements. Mais, le lecteur découvrira aussi une atmosphère très particulière et notre héros sous les traits inhabituels d'un certain " Capitaine Cocorico ". N'en disons pas plus"

Dans cet ouvrage inédit, Arsène Lupin, personnage récurrent dans l'oeuvre de Maurice Leblanc, a évolué. Le cambrioleur-gentleman est moins prétentieux, plus altruiste et plus âgé. Il a choisi de prendre en charge des enfants et de les éduquer, mais à des fins personnelles car ces enfants lui servent à déjouer les mauvais tours de ses ennemis. 

Il y a de nombreux rebondissements dans la narration, même si le lecteur averti, sait que Lupin s'en sort toujours. Une partie de l'histoire se déroule en banlieue parisienne au château des Tilleuls, est ce le château situé à côté d'Etretat ou un château imaginaire de la banlieue parisienne, on ne peut le déterminer. Les autres lieux, comme la Zône ont une dimension mystérieuse que j'ai apprécié. 

La lecture de ce livre a été plutôt agréable et divertissante, même s'il on sent que le texte n'est pas complètement abouti. Au final, ce roman est une bonne conclusion à l'histoire d'Arsène Lupin. A signaler également, l'excellente préface de Jacques Derouard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire