mercredi 3 juillet 2013

Hunger Games : L'embrassement

Suzanne Collins, Hunger Games, L'embrassement tome 2, Paris : Pocket Jeunesse, 398 pages, 2010.

Quatrième de couverture : "Après le succès des derniers Hunger Games, le peuple de Panem est impatient de retrouver Katniss et Peeta pour la Tournée de la victoire. Mais pour Katniss, il s'agit surtout d'une tournée de la dernière chance. Celle qui a osé défier le Capitole est devenue le symbole d'une rébellion qui pourrait bien embraser Panem. Si elle échoue à ramener le calme dans les districts, le président Snow n'hésitera pas à noyer dans le sang le feu de la révolte. A l'aube des Jeux de l'Expiation, le piège du Capitole se referme sur Katniss..."


Finalement, je me suis décidée à lire ce deuxième tome, en raison d'avis plutôt positifs sur l'ensemble des romans Hunger Games.


Dans le premier opus, Katniss a osé défier le Capitole, la menace pèse donc sur ce deuxième tome. Comment la vengeance du Capitole va se réaliser ? Le suspens est présent tout au long du roman. L'intrigue est rythmée par de nombreux rebondissements. 

Katniss est renvoyée aux Hunger Games avec Peeta, on s'en doutait un peu. En revanche, la fin de l'histoire est très surprenante. Ce livre est très prenant, on n'arrive pas à le lâcher. Le lecteur s'identifie facilement à Katniss. 

Il y a un troisième tome à suivre, le lecteur peut en déduire beaucoup de choses. Qui survit, qui ne survit pas ? 

Je trouve cette histoire assez dérangeante car des enfants sont obligés de s’entre-tuer. C'est une façon pour le Capitole de maintenir son autorité si fragile. L'image de la dictature qui étouffe les révoltes et tue ses ennemis est très éloquente dans cette deuxième partie. 

L'auteur ne s'essouffle pas, c'était ma crainte. Il y a du renouveau même si nos protagonistes doivent retourner dans l'arène

Je lirai prochainement le troisième tome. 

Sixième participation au  challenge littérature jeunesse young adult organisé par Muti et Kaléa dans la catégorie aux frontières du rêve







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire