vendredi 7 octobre 2011

La délicatesse de David Foenkinos

David Foenkinos, La délicatesse, Paris : Folio, 2011, 224 pages. ISBN 9782070440252

Quatrième de couverture : "François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, ça serait parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse… – Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie.
Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. »

Ce roman est un petit bijou. J'ai choisi ce livre car la quatrième de couverture a attiré mon oeil. On se reconnaît dans la plupart des personnages. J'ai passé un bon moment avec ce livre aussi comique que tragique. L'auteur a choisi un style simple, des phrases légères et parfois cinglantes. C'est un livre simple et divertissant, ce n'est pas de la grande littérature mais David Foenkinos a vu juste en choisissant de traiter avec humour le quotidien. Les notes en bas de page ajoutent de la fantaisie à son roman. Je me méfie souvent des succès littéraires mais celui ci est à la hauteur de ce que j'attendais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire