samedi 14 décembre 2013

Le formidable événement

Maurice Leblanc, Le formidable événement, Paris : Les éditions de l'évolution, 2013.

Quatrième de couverture : "Dans les années 1920, un soulèvement géologique cataclysmique fait remonter le sol de la Manche, créant un isthme aussi soudain qu'imprévu entre la France et l'Angleterre. Mais qu'est devenue Isabel, la fiancée de Simon Dubosc, partie en mer juste avant le drame ? Isabel, dont le lord de père refuse à ce roturier de Simon la main de sa fille, sauf à accomplir en 20 jours un exploit d'envergure. Or les humeurs tectoniques ont fait apparaître une terre sans nation et sans loi, une Prairie de varech qui aurait terrifié Fenimore Cooper... En un tournemain, cette terre encore humide des abysses devient celle de lugubres oiseaux de proie ; dans des carcasses d'épaves suintantes se déroulent des scènes de cauchemar dont aurait pu s'inspirer Mad Max... Mais face aux passions les plus sinistres, les passions les plus nobles sont aussi à l'oeuvre..."


Mon avis sur ce roman est plutôt mitigé. 

Dans les premiers chapitres, l'auteur sème le chaos, par les forces de la nature, en Normandie et en Angleterre. Maurice Leblanc est, ici, dans un genre inattendu, la science fiction, alors qu'il est surtout connu pour ses romans avec Arsène Lupin. En réalité, ce roman est une bonne surprise, surtout lorsque l'on connaît bien les lieux où se déroule l'intrigue. 

En revanche, pour le reste, l'histoire est décevante car c'est plutôt un roman d'aventures avec notamment, des Indiens, des brigands et une femme cow-boy.  La "touche" western, donnée à l'intrigue, a un peu gâché le plaisir du début. 

Simon Dubosc va vivre la grande aventure pour obtenir ce qu'il veut, c'est à dire la main d'Isabel. Qui dit "aventure", dit "suspens" et "rebondissements". Le héros s'en sortira t-il ? Arrivera t-il à obtenir la main de sa belle ? Même s'il ne s'agit pas d'Arsène Lupin, Simon Dubosc a quelques traits de caractères qui sont similaires à ceux du célèbre gentleman-cambrioleur. 

La dernière partie, consacrée à l'enquête menée par Serge Simon, est assez difficile à comprendre pour un lecteur non averti et ayant peu de connaissances en géologie.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire