vendredi 11 mai 2012

La maison biscornue

Livre lu dans le cadre du challenge Agatha Christie, organisé par George.

Agatha Christie, La maison biscornue, Paris : LGF,1983, 188 pages. ISBN 978-2253033370


Quatrième de couverture : "Une étrange famille habite cette maison biscornue. Sous la domination d’un aïeul tyrannique – mais adoré – d’origine levantine : deux fils, deux belles-filles, trois petits-enfants, une vieille tante… Il y aussi la toute jeune seconde épouse du grand-père et le précepteur qui pourrait bien être son amant…
Qui donc a tué le grand-père ?
La seule personne qui semble avoir une idée précise là-dessus, c’est Joséphine, douze ans. Joséphine a des idées sur tout. Y compris sur l’art dramatique, les motivations des criminels et l’art d’empoisonner les gens. C’est un petit monstre sympathique.
Il faut être très attentif aux petits monstres."


La maison biscornue est un roman assez original. Cette fois-ci ce n'est pas notre cher détective, Hercule Poirot qui enquête mais des policiers. Le personnage principal Charles se retrouve au coeur de l'enquête car son père travaille à la police et il enquête alors sur le meurtre. De plus, Charles doit se marier avec la petite-fille du défunt. L'intrigue se déroule dans une maison plus qu'étrange puisqu'elle est biscornue. D'ailleurs, c'est le titre du roman qui a attiré mon oeil. Le huis clos familial devient très pesant dans cette affaire. Les personnages ont des caractères bien déterminés. La jeune épouse du mort et le percepteur apparaissent comme des suspects idéaux mais il ne faut pas se fier aux premières impressions surtout avec Agatha Christie. Le dénouement est plus complexe que prévu. Un conseil : ne lisez pas les dernières pages avant d'y arriver sinon  l'intrigue n'a plus d'intérêt. C'est un roman bien ficelé assez traditionnel mais très divertissant.




1 commentaire:

  1. J'ai lu ce livre mais je ne l'ai jamais chroniqué. Il est vrai que l'identité du meurtrier est assez osée.

    RépondreSupprimer