dimanche 2 août 2015

Mentir n'est pas trahir d'Angela Huth

Angela Huth, Mentir n'est pas trahir, Paris : Gallimard, 2015, 304 pages.

Quatrième de couverture ; "Gladwyn Purser a tout pour être heureux. La plus belle épouse, le fils le plus facile, la plus jolie maison dans la plus paisible banlieue de Londres. Les douces séductions du train-train quotidien. Mais on mesure son bonheur une fois qu’on l’a perdu. Un jour qu’il rend visite à sa mère dans les Downs, Gladwyn porte secours à une jeune femme victime d’une chute de bicyclette. En la conduisant à l’hôpital, il ment impulsivement sur sa situation, et se voit bientôt faire ce qu’il croyait réservé aux autres : jongler avec deux téléphones, échafauder des scénarios rocambolesques, multiplier les voyages d'affaires... Est-on goujat lorsqu’on aime sincèrement deux femmes à la fois? A-t-on alors le droit d'éprouver de la jalousie à l’égard de sa femme? De faire miroiter à sa maîtresse de faux espoirs? Chef d’orchestre, la vie se charge de résoudre les dilemmes : un voisin inquiétant, un cottage isolé, une situation incontrôlable et le triangle amoureux passe du vaudeville au roman…"

J'ai plutôt apprécié ce roman très bien écrit. L'auteur évoque le thème de la vie de couple, de la routine et de l'adultère. Les rebondissements sont souvent prévisibles et les personnages quelque peu caricaturaux. 

Le dénouement est tragique, mais il a une issue trop positive. En effet, l'épouse trompée est trop conciliante à mon goût. Néanmoins, je me suis amusée à la lecture de ce récit car Angela Huth a beaucoup d'humour et puis l'histoire se déroule en Angleterre. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire