lundi 22 septembre 2014

Les chutes de Joyce Carol Oates

Joyce Carol Oates, Les chutes, Paris : Philippe Rey, 2014

Quatrième de couverture : "Veuve au matin d'une nuit de noces hallucinante son époux, un jeune pasteur, s'est suicidé en se jetant dans les chutes du Niagara, Ariah Littrell se pense vouée à jamais au malheur. Sentiment pourtant bientôt effacé par sa rencontre inattendue avec Dick Burnaby, un brillant avocat qui tombe follement amoureux d'elle. Une passion absolue lie très vite ce couple qui va connaître dix ans d'un bonheur total avant que la malédiction des Chutes frappe de nouveau. Désamour, trahison, meurtre ? Aux enfants Burnaby reviendra de découvrir les secrets de la tragédie qui a détruit la vie de leurs parents. Une quête poignante au coeur d'un roman aussi beau et tumultueux que ces Chutes au charme maléfique." 

C'est avec plaisir que j'ai lu ce roman. Le récit se déroule pendant les Trente Glorieuses aux Etats-Unis. L'auteur nous dresse le portrait d'une famille américaine peu ordinaire dont l'histoire est faite de secrets et de non-dits.

Joyce Carol Oates dénonce les dérives du nucléaire et les dangers de la pollution. En effet, Dick, le mari d'Ariah, accepte de défendre un dossier appelé Love Canal où le monde politique est impliqué jusqu'au cou. Les ennemis de Dick vont réussir à le détruire complètement. Ariah tentera alors de protéger ses enfants des malheurs qui l'ont accablée, mais son déni, poussé à l'extrême, déstabilisera l'équilibre familial.

Ce roman a une tournure psychologique qui m'a beaucoup plu. Chaque personnage est analysé et décortiqué en détail. Ariah est complexe à appréhender et à comprendre. Dick est obsédé par le procès de Love Canal, plus rien ne compte pour lui que de le gagner. 

Le style de Joyce Carol Oates est très agréable à lire. L'histoire est un peu longue, elle aurait pu être raccourcie à certains endroits, mais cela ne change rien sur la qualité de l'écriture. 

Livre lu pour le mois américain organisé par Titine




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire