jeudi 7 août 2014

Vivre à en mourir

Vivre à en mourir, Bruxelles : Le Lombard, 2014

Dessin : Jeanne PUCHOL, Scénario : Laurent GALANDON, Couleurs : Laurence Croix

Quatrième de couverture : "Créée à l'initiative des Nazis, l'Affiche Rouge est devenue un symbole de la Résistance." "Parce qu'il voit quotidiennement l'injustice frapper les siens, Marcel Rayman, juif polonais, rejoint les rangs des FTP-MOI, un groupe de résistants constitués de communistes étrangers. Auprès de Missak Manouchian, entre autres, le doux jeune homme devient un combattant aguerri. Pendant deux années éprouvantes, au cours desquelles sa famille est déportée, il fait l'apprentissage de la clandestinité, de la mort, de la peur... et de la trahison. Son visage apparaîtra sur l'infamante Affiche Rouge."

L'histoire de Marcel Rayman est touchante car on sait dès le départ qu'il est condamné à être fusillé. Le lecteur suit ses pas dans la Résistance de 1941 à 1944, année où il est trahi, emprisonné et exécuté au Mont-Valérien avec d'autres résistants. Ces hommes ont combattus avec acharnement les nazis jusqu'à la mort. D'où le choix du titre, Vivre à en mourir, qui m'a semblé très pertinent.

Marcel entretient des liens forts avec sa famille, cet aspect est également mis en évidence d'autant plus que ses proches seront déportés et envoyés dans les camps de la mort. 

Vivre à en mourir, nous présente également le sort qui était réservé aux Juifs en France sous l'Occupation : restriction, clandestinité, dénonciation et déportation. 

Les dessins sont réussis et le scénario est cohérent. Cette bande dessinée est un bel hommage à Marcel Rayman et à la Résistance.  

Merci à Babelio et aux éditions Le Lombard.






2 commentaires:

  1. Au mois de mai, j'ai vu à Ivry-sur-Seine une rue de l'Affiche rouge. J'ai pris une photo, mais je n'ai pas encore eu le temps de chercher de quoi il s'agissait. Maintenant je sais. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien, cette bande dessinée est très émouvante.

      Supprimer