dimanche 6 juillet 2014

Transatlantic de Colum McCann

Colum MacCann, Transaltantic, Paris : Belfond, 2013, 500 pages


Présentation de l'éditeur :"Après Et que le vaste monde poursuive sa course folle, le grand retour de Colum McCann. S'appuyant sur une construction impressionnante d'ingéniosité et de maîtrise, l'auteur bâtit un pont sur l'Atlantique, entre l'Amérique et l'Irlande, du XIXe siècle à nos jours. Mêlant Histoire et fiction, une fresque vertigineuse, d'une lancinante beauté. À Dublin, en 1845, Lily Duggan, jeune domestique de dix-sept ans, croise le regard de Frederick Douglass, le Dark Dandy, l'esclave en fuite, le premier à avoir témoigné de l'horreur absolue dans ses Mémoires. Ce jour-là, Lily comprend qu'elle doit changer de vie et embarque pour le Nouveau Monde, bouleversant ainsi son destin et celui de ses descendantes, sur quatre générations. À Dublin encore, cent cinquante ans plus tard, Hannah, son arrière-petite-fille, tente de puiser dans l'histoire de ses ancêtres la force de survivre à la perte et à la solitude."

J'ai abandonné ce livre à la 140ème page. 

La première partie est consacrée à Alcock et Brown qui réalisent un exploit en avion en 1919. 

Dans la seconde partie, Colum McCann dresse le portrait d'un esclave en fuite en Irlande. Douglass gravite dans la société irlandaise pour apporter son témoignage contre l'esclavagisme (1845-1946). 

Dans la troisième partie, c'est un focus sur un certain Mitchell. J'ai abandonné la lecture à ce moment là car les histoires s'arrêtent les unes après les autres, pour faire des bonds vers le présent (1998 et 2012). 

De plus, au bout d'une centaine de pages, il n'y a pas de liens directs, ni d'indices donnés entre les trois histoires. Je me suis rapidement ennuyée.   

4 commentaires:

  1. Les critiques étaient mauvaises à sa sortie.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un livre qu'on m'a offert, je n'avais aucun a priori sur ce livre et c'est la première fois que je lisais un roman de cet auteur, c'est donc une déception

    RépondreSupprimer
  3. Cet auteur est capable du pire comme du meilleur, autant j'ai adoré "Les saisons de la nuit" autant "Que le monde poursuive sa course folle" m'est tombé des mains ... je ne risquerais donc pas celui-ci, il semble faire partie du pire !!

    RépondreSupprimer