vendredi 21 mars 2014

Schroder

Amity Gaige, Schroder, Paris : Belfond, 2014, 340 pages. 


Quatrième de couverture : " Salué par une presse dithyrambique, la découverte d'un talent exceptionnel. Entre suspense et profondeur psychologique, un roman fulgurant sur l'amour paternel, le poids des non-dits et la réinvention de soi. À quelques semaines de son procès, Erik Schroder prend la plume pour expliquer ses actes à son ex-femme. Lui dire qu'il est un bon père. Qu'il n'a jamais voulu enlever leur fille, Meadow. Que leur petit road-trip n'avait qu'un but : voler quelques heures de bonheur avec son enfant. Mais voilà, quelque chose est arrivé. Et tout ce qu'Erik a tu pendant trente ans remonte à la surface. Comment un père aimant a-t-il pu mettre en danger sa propre fille ? Quels secrets cache son passé ? Qui est vraiment Erik Schroder ? "


La mention "Salué par une presse dithyrambique" sur la quatrième de couverture promettait un roman exceptionnel.... Autant le dire tout de suite, ce roman ne m'a pas plu. 

Je n'ai pas aimé le ton donné au récit. Erik Schroder écrit son histoire, sur une longue lettre adressée à sa femme. Il est en prison lorsqu'il écrit son texte et le lecteur comprend rapidement qu'il a commis l'irréparable. Erik n'a pas seulement changé d'identité, il a aussi menti à son entourage et à sa famille. Lorsque sa femme décide de se séparer de lui, il prend la décision d'enlever leur fille car il ne peut vivre sans elle. 

L'histoire d'Erik est longue, peu rythmée, son introspection ne nous apporte rien. Le style est contemplatif. De plus, il y a parfois des notes en bas de page très longues qui pèsent fortement sur la narration. En conséquence, je n'ai pas été enchantée par la lecture de Schroder

Les seuls points positifs sont l'expression des sentiments d'un père qui perd peu à peu la garde de son enfant. Il est également question d'intégration. Erik est avant tout un Allemand qui réside aux Etats-Unis et qui a choisi de renier son identité. Erik fait, tout au long de sa vie, les mauvais choix, l'engrenage est fatal et il ne peut en sortir même si au fond, il n'est pas un mauvais père. 

Merci aux éditions Belfond et à Babelio





Livre lu dans le cadre du challenge américain organisé par Noctembule.



2 commentaires: