mardi 11 mars 2014

La maison sur le rivage

Daphné du Maurier, La Maison sur le rivage, Paris : Le Livre de Poche, 2003, 448 pages.

Quatrième de couverture : "En Cornouailles, dans une très ancienne demeure, un homme cède à la tentation de vérifier les effets d'une nouvelle drogue mise au point par un savant réputé. C'est le début d'un long voyage, au cours duquel il va se retrouver plongé dans un passé vieux de plus de six siècles. Mais les troublantes scènes dont il va être le témoin invisible sont-elles pure illusion ? Les personnages qu'il croise ne sont-ils que des fantômes nés de son imagination ? Maniant avec une habileté diabolique la tension psychologique et le suspense, Daphné Du Maurier trame une incroyable histoire hantée où hallucination et réalité, passé et présent finissent par se recouper étrangement. Dans ce roman, un des classiques de Daphné Du Maurier, le lecteur retrouvera avec bonheur le mystère de Rebecca, le climat angoissant de Ma cousine Rachel, l'aventure de L' Auberge de la Jamaïque "

Sur le conseil de Magnus Lane, scientifique avisé et à la recherche d'un produit novateur, Richard Young prend des drogues pour réaliser des "voyages" dans le temps. Les deux hommes sont des amis de longue date mais l'un ne manipule t-il pas l'autre ?

Le récit est fait de quelques longueurs et l'histoire tourne un peu en rond. La chute du roman n'est pas très percutante. De plus, de nombreuses questions restent sans réponse, la fin de l'histoire est ouverte et c'est réellement frustrant.  

En revanche, j'ai aimé l'ambiance mystérieuse et la dimension fantastique du roman. Le cadre spatio-temporel est aussi très bien choisi : une vielle maison de famille en Cornouailles, des voyages au Moyen-Age, période de l'Histoire que j'affectionne même si l'auteur ne rentre pas trop dans les détails historiques. 

Finalement, je suis plutôt déçue par rapport à l'excellent roman Rebecca. Néanmoins, l'oeuvre de Daphné du Maurier ne s'arrête pas là et je compte bien lire ses autres romans car ses textes sont de qualité. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire