samedi 22 février 2014

La mise à nu des époux Ransome

Alan Bennett, La mise à nu des époux Ransome, Paris : Gallimard, 160 pages (Denoël et d'Ailleurs)

Quatrième de couverture : "Un soir, en rentrant de l'opéra, M. et Mme Ransome, incarnation de la bourgeoisie britannique contemporaine pétrie de convenances et de snobisme, retrouvent leur appartement cambriolé, ou plutôt absolument vidé. Tout a disparu, jusqu'aux plinthes et au papier toilette. Monsieur cherche les coupables, Madame, d'abord effondrée, se rêve finalement une nouvelle vie et, pendant que le couple tente de faire face avec flegme aux événements, le fragile voile des conventions se déchire et les masques tombent. Il va falloir manger, se laver, trouver du linge et affronter le monde extérieur, ce grand inconnu peuplé d'individus aux manières extravagantes – épicier pakistanais, grossier inspecteur de police, ménagère abrutie de télévision. À la clef, une révélation : le mode de vie des Ransome et ses fondements sont bien partis avec les meubles! Un pastiche social très réussi qui au passage égratigne sans vergogne le couple et ses petits compromis." 

Les époux Ransome se font cambrioler alors qu'ils sont à l'opéra. A leur retour, tout a disparu, du papier toilette aux CD de Mozart de Monsieur, il ne reste rien. 

Les deux personnages sont des anglais snobs, la routine a gagné depuis longtemps leur couple et leur façon de vivre. Monsieur et Madame ont leurs petites habitudes que rien ne pourra changer sauf un cambriolage. 

A mon avis, la caricature est poussée trop loin. Monsieur Ransome prend le cambriolage avec beaucoup de gravité et choisit de ne pas évoluer alors que pour sa femme, cet événement bouleverse complètement sa vie rangée. C'est, pour Madame Ransome, l'occasion de s'ouvrir l'esprit et de s'ouvrir au monde. 

La chute de ce roman n'est pas excellente car elle est très banale et pas très percutante. Ce livre ne me laissera aucun souvenir dans quelques mois, il n'aura pas autant marqué mon esprit que la Reine des lectrices, c'est donc plutôt une déception. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire