dimanche 20 octobre 2013

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur


Harper Lee, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Paris : Le livre de poche, 2006, 320 pages.

"Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès. Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier." Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur est un grand classique de la littérature américaine. Les personnages principaux sont des enfants : Jem, Scout, et leur ami Dill.  Harper Lee nous offre, dans son roman, une vision de l'Amérique des années trente. "


Le décor est posé dans la première partie du roman, où la vie quotidienne d'une ville, celle de Maycomb est décrite au travers de l'histoire de trois enfants : Jem, Scout, et leur ami Dill. Les thèmes de l'enfance, de l'école et de la différence sociale sont alors développés.  

Dans la seconde partie, la narration se focalise sur le procès de Tom Robinson et tout ce que cet événement engendre dans la petite communauté de Maycomb. Tom Robinson est injustement jugé pour des faits qu'il n'a pas commis mais comme il est Noir, c'est le coupable idéal pour la société. En effet, Harper Lee a situé son histoire à l'époque de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. 

Ce procès, est aussi celui  d'Atticus, le père de Jem et Scout, qui a choisi de défendre un Noir. L'innocence des enfants et notamment celle de Scout est confrontée à la triste réalité du monde. Ainsi Harper Lee dénonce le racisme et les différences sociales dans l'Amérique des années trente. 

Scout est une petite fille très attachante qui n'a pas peur de se bagarrer et de poser des questions délicates et lourdes de sens aux adultes Atticus semble un peu dépassé par les événements mais fait preuve d'un immense courage face à l'adversité générale. C'est au final une très belle histoire, il est dommage que ce soit le seul roman d'Harper Lee.






5 commentaires:

  1. Le roman ne m'avait pas tellement enthousiasmée. Je crois finalement qu'Atticus est mon personnage préféré.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime aussi Atticus car il va jusqu'au bout de ses convictions

    RépondreSupprimer
  3. J'ai abordé plus de la moitié du roman, que j'ai beaucoup apprécié jusque là...Ma maladresse légendaire a conduit le malheureux livre à être coincé entre ma tête de lit et mon lit, du coup ça fait un peu plus d'un an que la lecture est en stand-by...

    Dans tous les cas, merci pour la critique de ce livre :)

    RépondreSupprimer
  4. Sacrilège un livre sacrifié ;). De rien, je te conseille vivement ce livre,

    RépondreSupprimer
  5. Lu l'été dernier, il restera sans doute dans mon top des meilleurs livres jamais lus ! C'est un coup de maitre de réussir à faire passer toutes ces émotions en mettant dans la bouche d'une petite fille innocente une vision pas si naive que ça...

    RépondreSupprimer