samedi 26 octobre 2013

L'heure du thé

Chantal Forêt, L'heure du thé, Paris : Archipel, 2013, 300 pages

Quatrième de couverture : "Séparée de sa soeur depuis l'enfance, Nelly s'apprête à la retrouver dans un restaurant parisien. Mais Anne n'est pas au rendez-vous. Inquiète de son silence, elle se rend au domaine de la Boissière, en Auvergne, pour y rencontrer le mari d'Anne et la mère de celui-ci. Dans la pénombre d'une maison de maître, Paul et Alice Maréchal en grand deuil lui apprennent qu'Anne s'est tuée en voiture trois jours plus tôt. Un accident, disent-ils. Comment Anne, jeune artiste bohème, a-t-elle pu épouser cet homme sans charme et échouer dans ce domaine isolé ? Sa possessive et hautaine belle-mère, la considérait-elle vraiment comme sa propre fille ? Et pourquoi Mado, la gouvernante, paraît-elle gênée par la présence de Nelly ? Dans le silence ouaté de la demeure bourgeoise, entre l'heure du thé et celle de la promenade, Nelly, en quête de vérité, marche dans les pas de sa soeur et prend d'instinct la place qui était la sienne au sein de cette famille... Un mimétisme qui pourrait lui coûter cher."


Depuis quelques années, Nelly a perdu de vue sa sœur, Anne. Lorsque les deux jeunes femmes décident de se revoir à Paris, Anne n'est pas au rendez-vous. Nelly découvre rapidement que sa sœur est morte dans des circonstances très étranges. 

Anne s'est mariée à Paul, un homme insignifiant, dépressif et entièrement soumis à sa mère, Alice, avec laquelle ils vivent à la Boissière. La relation entre Alice et Paul est fusionnelle voire malsaine, elle menace d'exploser à tout instant.  Les univers d'Anne et de Paul sont à l'extrême opposé, pourquoi Anne s'est mariée à un homme qui ne lui ressemble pas ? 

L'attitude d'Alice devient tout aussi pesante pour Nelly qui suit le cheminement de sa soeur et cherche des réponses à sa disparition. Malgré sa prudence, Nelly finit par perdre ses repères. C'est lorsqu'elle rencontre une amie de sa soeur qu'elle commence à comprendre les mystères autour de sa mort. 

L'analyse du portrait d'Alice peint par Anne est terrifiante car toute la vérité est dans ce tableau.  On se demande comment Nelly va sortir de cette impasse parsemée de silences et de mensonges. 

Le choix du titre est en lien avec le dénouement. A la Boissière, l'heure du thé est à 16h30 précises. Ce rituel, établi par Alice, est immuable et ne doit en aucun cas être perturbé. 

Chantal Forêt réussit à créer un huis clos avec une atmosphère oppressante. J'ai apprécié ce roman car c'est un roman psychologique. Parfois, l'auteur tourne un peu en rond dans sa narration, mais le roman est bien écrit et on veut, comme Nelly, découvrir la vérité. 




Merci aux éditions Archipel et à Babelio








2 commentaires: