lundi 28 octobre 2013

Carrie

 Stephen King, Carrie, Paris : Livre de Poche, 2010, 288 pages.

Présentation de l'éditeur : "Carrie White, dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, vit un calvaire : elle est victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets à distance, bien qu’elle le maîtrise encore avec difficulté... Un jour, cependant, la chance paraît lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l’aimer, l’invite au bal de printemps de l’école. Une marque d’attention qu’elle n’aurait jamais espérée, et peut-être même le signe d’un renouveau ! Loin d’être la souillonne que tous fustigent, elle resplendit et se sent renaître à la vie. Mais c’est compter sans la mesquinerie des autres élèves. Cette invitation, trop belle pour être vraie, ne cache-t-elle pas un piège plus cruel encore que les autres ?"


Carrie White vit avec sa mère à Chamberlain aux Etats-Unis dans le Maine. Madame White est une fondamentaliste. La vie est rythmée par les rites religieux, Carrie subit régulièrement "le placard" et les prières en guise de pénitence. Margaret White commence à perdre l'emprise qu'elle avait sur sa fille, car elle atteint un âge on l'on en a envie de s'émanciper. La tension est palpable tout au long du roman, on se doute que la situation va exploser à un moment ou un autre d'autant que Carrie a un don caché qui peut lui donner "le pouvoir" et faire d'énormes dégâts.  

En plus de ce contexte familial difficile, Carrie est le bouc émissaire de son école, ce qui ne favorise pas son intégration sociale car elle vit un enfer. Suite à un incident au gymnase, l'une de ses camarades lui propose d'aller au bal à sa place pour s'amender. On peut penser que la situation de Carrie auprès des autres élèves va s'arranger mais cela tourne à la catastrophe. 

J'ai apprécié le rythme du roman, l'histoire de Carrie est entrecoupée de témoignages et d'analyses scientifiques. Stephen King nous offre une image de la société américaine de la fin des années soixante-dix avec la culture de lycée et le bal de fin d'année, c'est l'un des aspects du roman qui m'a plu. L'auteur réussit à décrire les souffrances de Carrie avec justesse, tout en étant un roman d'horreur c'est aussi un roman psychologique. 

Même si je connais l'histoire quasiment par coeur car j'ai vu à plusieurs reprises l'excellent film de Brian de Palma, c'est avec plaisir que j'ai lu ce roman. Quand on a vu le film avant de lire le livre, on peut se représenter plus facilement les personnages. Voici une bande annonce en V.O pour vous donner un aperçu de l'histoire.  







11 commentaires:

  1. jamais lu Carrie, ni vu le film d'ailleurs. J'aime bien King (sauf son dernier, qui m'a énormément déçue).

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que les romans récents de Stephen King sont moins bons que les grands classiques tels que Christine, Ca, Cujo etc...

    RépondreSupprimer
  3. Pas lu ce roman, mais dans le film, j'ai eu l'impression qu'il ne se passait rien avant "l'apothéose" de la fin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble me souvenir que la tension est palpable aussi au début du film. J'admets que le film est démodé mais à l'époque, il a du faire un carton. La lecture de ce roman est une bonne surprise, j'avais quelques appréhensions parce que dernièrement j'ai lu un autre Stephen King, et c'était pas terrible (Juste avant le crepuscule)

      Supprimer
  4. "Carrie" n'est pas le roman de Stephen King que je préfère, du coup je n'ai pas vu le film.

    En revanche, je te rejoins sur les romans récents de Stephen King, exception faite (même si ça remonte déjà un peu, du coup) pour "Histoire de Lisey" qui était vraiment très-très bon et du premier volume de "Dome" (le deuxième beaucoup moins, c'est pourquoi j'en ai interrompu la lecture il y a déjà quelque temps....).

    Amusant que tu cites "Cujo" : c'est le premier roman du King que j'ai lu, et il m'a TRAUMATISEE ! (les majuscules ne sont pas de trop)

    Quant à donner mon roman préféré, il s'agit de "Jessie" qui est le meilleur huit-clos que j'ai jamais lu. "La petite fille qui aimait Tom Gordon" est également excellent et m'a fait une forte impression... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui qui m'a fait le plus peur c'est Ca. Simetière aussi me laisse un souvenir effrayant.

      Supprimer
    2. Je n'ai pas lu "Ca", j'ai vu le film en revanche, et il m'avait dissuadé de lire l'oeuvre...J'avais pas accroché. Simetière, pas lu non plus ^^

      Supprimer
  5. Je n'ai jamais lu de roman de Stephen King. La curiosité me titille mais je n'aime pas du tout les romans d'horreur. Je n'ai pas vu le film non plus du coup.
    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carrie est le premier roman de Stephen King, c'est un bon début pour commencer et ce n'est pas le roman le plus effrayant.

      Supprimer
  6. Un grand souvenir ce livre (lu il y a longtemps)
    Je me rappelle très bien de Simetière aussi .... QUELLE FROUSSE....et de Cujo (quelle fin...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Simetière m'a laissé aussi un souvenir effrayant.

      Supprimer